Tours and Workshops on Sunday, May 25

Voir le texte français ici

KWE! Rebecca Belmore Solo Exhibition Curatorial talk/tour

Date:  May 25, 2014
Time:  2-3 PM
Meeting Location: Justina M. Barnicke Gallery, 7 Hart House Circle

Description:  KWE! curator Wanda Nanibush will give an in-depth introduction to the work of Rebecca Belmore and the historical references that contextualize its political import.

KWE! is a solo exhibition of Rebecca Belmore’s work, inaugurated by a new performance. Curated by Wanda Nanibush, the exhibition delves into the complicated and fertile relationship between Indigeneity, , art and feminism. Kwe, the Anishinaabe (Ojibway) word for woman, is a term of great respect. Belmore’s artistic practice has always engaged the question of what it is to be an Anishinaabe-kwe artist and the contradictions that arise between the different identities: Woman, Anishinaabe, Artist, Indigenous. Patriarchy, and its embeddedness in both Indigenous and Canadian communities through colonialism, (especially in terms of the violence against women), is the subject of much of Belmore’s work. As Anishinaabe-kwe artist, she engages on multiple levels with her culture’s practices and stories on the role of women while keeping Indigenous self-determination central. Belmore’s work underscores the need for an understanding of colonialism within feminisms today.

Artist and Curator Biographies: Rebecca Belmore is an Anishinaabe (Ojibwa) artist born and raised in Upsala, Northwestern Ontario, and now living and working in Winnipeg. Her main focus is installation and performance art, but she also works in other media, including photography, video and sculpture. Belmore has exhibited and performed across Canada and internationally since the late 1980s. She won the Jack and Doris Shadbolt Foundation’s prestigious VIVA Award in 2004, and her work has been collected by the National Gallery of Canada, the Art Gallery of Ontario, the Canada Council Art Bank, the Canadian Museum of Civilization and other prestigious institutions. In 2013 she won the Governor General Award in Visual and Media Arts. She gained international acclaim at the Venice Biennale’s Canadian Pavilion where she was the first Indigenous woman to represent Canada.

Wanda Nanibush is an Anishinaabe-kwe (Ojibway woman) writer, scholar, artist, curator, community animator, arts consultant and Idle No More organizer. Currently she is curator in residence at the Justina M. Barnicke gallery. Nanibush has published and spoken on cultural sovereignty, Indigenous cinema, contemporary art, water rights, resistance movements, TRC and Indigenous history. Nanibush has worked in non-profit arts organizations such as the Ontario Arts Council, Canada Council for the Arts, ANDPVA, Peterborough Arts Umbrella, imagineNative film and media arts festival, ReFrame, and Liaison of Independent Filmmakers of Toronto. Nanibush has worked with Belmore on numerous exhibitions including site specific performances for Mapping Resistances: Indigenous performance art on the 20th Anniversary of OKA (Peterborough, 2010), and House of Wayward Spirits (Toronto, 2012).

SOLD OUT! Exhibition Opening of Incident Light: artifacts and traces in the archives

May 25, 2014
Time: 3-6:00 PM
Meeting Location:  Outside of Hart House Main Entrance at Bus Stop, 7 Hart House Circle
Cost:  Free

Hop on a bus to the Blackwood Gallery located on the University of Toronto Mississauga campus to participate in the exhibition opening of Incident Light: artifacts and traces in the archives. This exhibition showcases contemporary Middle Eastern and South Asian feminist artists working with traces of gendered presence in various historical archives from their respective regions.

Bus schedule for the day:

3:00pm: departure from Hart House
3:30/3:45pm: arrival at Blackwood 
5:30pm: departure from Blackwood 
6:00pm: return to Hart House (6:15pm at the latest)

Much of the critical feminist interventions in the archives of South Asian and the Middle East have thus far focused on 19th and early 20th century colonial presence in the region that introduced a uniform social order, and the ways in which gender played a defining role in these geopolitical processes. Newer transnational scholars however have argued that the inter-regional unities amongst different areas in the “East” were not only a result of standardized approaches in European imperialism and colonialism, but also the result of horizontal relations of trade, forms of governance, and shared ideas and beliefs. Such affinities have generally been ignored due to the fact that they pre-date the era of European colonialism.

The exhibit addresses such sites of cultural amnesia by highlighting inter-regional echoes, and suppressed histories.  The participating artists will present works that re-imagine regional pasts and elaborate on the ways in which gender-marked bodies actively conceal and reveal themselves to the archives.  The bus will return to the main campus no later than 6:15 pm.  For more information on the Blackwood Gallery, visit http://www.blackwoodgallery.ca/

About the curator: Leila Pourtavaf is a Toronto-based writer, independent curator, community organizer and doctoral candidate in the Department of History at the University of Toronto. She holds an M.A. in Media Studies from Concordia University, and a second M.A. in Near and Middle Eastern Studies from the University of Toronto. Leila was a founding member and coordinator of the projet Mobilivre–Bookmobile project. She was a member of La Centrale Galerie Powerhouse’s programming committee and board of directors for four years, and served as its president between 2007–2009. She is the editor of the Féminismes Électriques (2012), a bilingual collection of essays which reflect on the last decade of feminist art production.

Activités du dimanche 25 mai

Conférence et visite guidée par la commissaire de l’exposition solo KWE! de Rebecca Belmore

Date/Heure: Le dimanche 25 mai, 14:00-15:00
Lieu: Justina M. Barnicke Gallery, 7 Hart House Circle

Description de l’activité: Mme Wanda Nanibush, commissaire de l’exposition KWE!, fera une présentation approfondie de l’œuvre de Rebecca Belmore, avec des références historiques qui en contextualisent la portée politique.

KWE! est une exposition solo de l’œuvre de Rebecca Belmore, inaugurée par une nouvelle performance. Organisée par Wanda Nanibush, l’exposition se penche sur la relation complexe et fertile entre l’indigénité, l’art et le féminisme. Kwe, le mot Anishinaabe (Ojibwa) désignant la femme, est un terme de grand respect. La pratique artistique de Belmore s’est toujours posé la question de ce que c’est d’être une artiste Anishinaabe-kwe et les contradictions qui surgissent entre ces différentes identités: Femme, Anishinaabe, artiste, indigène. Le patriarcat, et son enracinement dans les communautés autochtones et canadiennes par le biais du colonialisme, (en particulier en termes de violence contre les femmes), est l’objet d’une bonne part du travail de Belmore. Comme artiste Anishinaabe-kwe, elle aborde à plusieurs niveaux les pratiques et les récits touchant le rôle des femmes de sa culture tout en laissant une place centrale à l’autodétermination des peuples autochtones. Le travail de Belmore souligne la nécessité d’une compréhension du colonialisme dans les féminismes contemporains.

Biographies de l’artiste et de la commissaire: À propos de l’artiste: Rebecca Belmore est une artiste Anishinaabe-kwe (Ojibwa) originaire d’Uppsala, en Ontario, et qui vit et travaille aujourd’hui à Winnipeg. Son principal domaine est l’art d’installation et de performance, mais elle travaille aussi dans d’autres médias, y compris la photographie, la vidéo et la sculpture. Mme Belmore a exposé et performé partout au Canada et à l’étranger depuis la fin des années 1980. Elle a remporté le prestigieux prix VIVA de la Jack and Doris Shadbolt Foundation en 2004, et ses œuvres font partie des collections de la Galerie nationale du Canada, du Musée des beaux-arts de l’Ontario, du Conseil des Arts du Canada, du Musée canadien des civilisations et d’autres institutions prestigieuses. En 2013, elle a remporté le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques. Elle a acquis une renommée internationale au pavillon canadien de la Biennale de Venise où elle a été la première femme autochtone à représenter le Canada.

Quant à Wanda Nanibush, c’est une écrivaine, chercheure, artiste, commissaire, animatrice communautaire et consultante artistique Anishinaabe-kwe (Ojibwa), en plus d’être militante au mouvement Idle No More. Actuellement, elle est commissaire en résidence à la Justina M. Barnicke Gallery. Mme Nanibush a publié et donné des conférences sur la souveraineté culturelle, le cinéma autochtone, l’art contemporain, les droits d’accès à l’eau, les mouvements de résistance, la Commission Vérité et Réconciliation et l’histoire des peuples autochtones. Elle a aussi œuvré dans des organismes artistiques à but non lucratif, comme le Conseil des arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, ANDPVA, Peterborough Arts Umbrella, le festival cinématographique et d’arts et médias ImagineNATIVE, ReFrame, ainsi que comme agent de liaison à l’association Indépendant Filmmakers of Toronto. Elle a collaboré avec Mme Belmore à de nombreuses expositions comprenant des performances spécifiques au site, telles Mapping Resistances: Indigenous performance art on the 20th Anniversary of OKA (Peterborough, 2010), and House of Wayward Spirits (Toronto, 2012).

COMPLET! Vernissage et table ronde autour de l’exposition Incident Light : artefacts et traces dans nos archives

Date: le dimanche 25 mai
Horaire: 15:00-18:45
Lieu de rencontre: À l’extérieur de l’entrée principale du Hart House à l’arrêt d’autobus situé au 7, Hart House Circle
Coût: Gratuit

Description:  Pour assister à l’inauguration de l’exposition et à la table ronde de Incident Light : artefacts et traces dans nos archives, prenez l’autobus jusqu’à la Blackwood Gallery, située sur le campus de l’Université de Toronto à Mississauga. Cette exposition présente des artistes féministes contemporaines du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud qui s’intéressent aux traces du genre dans diverses archives historiques de leurs régions respectives.

Une grande partie des interventions féministes cruciales dans les archives de l’Asie du Sud et du Moyen-Orient du 19ème siècle et du début du 20ème siècle a porté, jusqu’à présent, sur la présence coloniale dans la région et son introduction d’un ordre social uniforme, et sur le rôle déterminant joué par le genre dans ces processus géopolitiques. Les nouvelles études transnationales ont cependant fait valoir que les rapprochements interrégionaux entre les différentes zones de l’«Orient» ne résultaient pas seulement le résultat de lectures normalisantes dues à l’impérialisme et au colonialisme européens, mais qu’elles étaient aussi le résultat de relations commerciales horizontales, de différentes formes de gouvernance et d’idées et de croyances communes. Ces affinités ont généralement été ignorées parce qu’elles avaient précédé l’ère du colonialisme européen.

L’exposition abordera ces problèmes localisés d’amnésie culturelle en mettant en évidence des échos interrégionaux ainsi que les récits historiques supprimés. Les artistes participantes présenteront des œuvres qui ré-imaginent les passés régionaux et élaboreront sur les façons dont des corps genrés sont occultés ou révélés à la lumière des archives. L’autobus sera de retour sur le campus principal au plus tard à 18:45. Pour plus de renseignements sur la Blackwood Gallery, visitez http://www.blackwoodgallery.ca/

À propos de la commissaire: Leila Pourtavaf est une écrivaine torontoise, commissaire indépendante, organisatrice communautaire et doctorante au département d’histoire de l’Université de Toronto. Elle détient une maîtrise en études des médias de l’Université Concordia et une seconde maîtrise en études du Proche et Moyen-Orient de l’Université de Toronto. Leila est membre fondatrice et coordonnatrice du projet Mobilivre – Bibliobus. Elle a été durant quatre ans membre du comité de programmation de la galerie montréalaise La Centrale/Powerhouse et de son conseil d’administration, dont elle a assuré la présidence entre 2007 et 2009. Elle a aussi dirigé la publication de Féminismes Électriques (2012), un recueil bilingue de textes qui reflète la production artistique féministe de ​​la dernière décennie.

%d bloggers like this: